Notre histoire

notre histoire

Qui sommes-nous ?

Notre association c’est d’abord une histoire de femmes, une histoire de femmes nées dans les quartiers populaires.

C’est aussi l’histoire des mobilisations populaires dans les quartiers. Celle de la “Marche pour la dignité” partie des quartiers de Marseille en 1983, de la mobilisation de l’association des locataires des Flamants en 2007 avec la confédération syndicale des familles, ou encore “le Collectif du 1er Juin 2013”.

      

Notre histoire, c’est aussi celle de la création de la Coordination Pas sans nous en 2014 à Nantes par plusieurs dizaines de collectifs d’habitants et centaines de militants des quartiers populaires, nous y étions, ou encore celle du Collectif des femmes des quartiers populaires qui a publié une tribune dans Libération pour la redistribution des biens saisis à la criminalité organisée pour des projets d’économie solidaires dans nos quartiers (lire ici).

Notre histoire comme le décrit Philippe Langevin président de l’ARDL PACA dans son rapport du 13 septembre 2019 sur Le schéma de concertation du Grand Saint-Barthélémy, notre territoire est lié à des militants engagés depuis les années 70 : « Le Grand Saint-Barthélémy, depuis ses constructions, a toujours été défendu par des personnalités engagées auprès de ses habitants : des militants de l’intérêt général, des syndicalistes, des prêtres ouvriers, des sociologues continuent aujourd’hui encore à se mobiliser au service du bien public dans l’animation d’un territoire devenu quartier nord et porteur de toutes les détresses. Au moment de la création de la ZUP N°1, Alain Fourest a imaginé avec soin un urbanisme responsable de la qualité de vie de ses habitants, comme dans les années 80, les sociologues Michel Peraldi et Michel Anselme et l’architecte André Jolivet Parmi les militants de Saint-Barthélémy quelques personnalités ont marqué leur temps. Séverin Montarello, militant CGT, Marius Apostola, cadre de la CGT Haddah Berrebouch, animatrice de l’association « les amis de l’espoir », Zoubida Meguenni, créatrice de l’association Shebba, Christian Pesci, fondateur de l’association Media 2 Méditerranée, Karima Berriche auteur de la biographie de Monsieur Mabhoubi Tir, figure consensuelle du quartier, Odette Taragonnet, militante associative, Françoise Ega, poète et militante, Jacques Marty, prêtre ouvrier. Aujourd’hui Fatima Mostefaoui, présidente de l’association des locataires des Flamants, Pierre Lezeau, président du Conseil citoyen, Anne-Marie Tagawa, animatrice du comité de suivi ou Fatima Bencheni, de l’équipe opérationnelle du contrat de ville prolongent l’engagement de leurs prédécesseurs au service des habitants du Grand Saint-Barthélémy. Les trois directeurs des centres sociaux doivent aussi être reconnus comme des acteurs majeurs de la concertation : Guillaume Ceze directeur de l’Agora, Marcelo Chaparro, directeur de la maison de la famille et surtout Daniel Linon, directeur du centre social des Flamants qui a la responsabilité générale de la démarche du schéma de concertation avec le concours de Khalid Aznak. Olivier Cadier soutient activement cette démarche au titre de MRU. »

Ancrée dans le quartier des Flamants, notre association s’est construite et a évolué à partir d’actions de revendications et de reconnaissance :

2007 : Création de l’association des locataires des Flamants afin de défendre les intérêts des habitants du quartier.

2010 : Mobilisation pour la baisse des loyers (voir la vidéo).

2011 : Occupation des voies de circulation de notre quartier pour que des feux tricolores soit posés pour la sécurité de nos enfants  (voir la vidéo).

         

2011 : “Inauguration de la nouvelle plaque commémorative à la mémoire de Lahouari Ben Mohamed, tué un soir du 18 octobre 1980, par un CRS à “La gâchette facile” en présence de la famille et des amis. L’ancienne plaque commémorant sa mémoire est tombée lors de la destruction du stade des “Flamants” et récupérée in-extrémis au milieu des gravats par un résident, Fathi.”

Hassan Ben Mohamed

         

2011 : Paroles d’habitants des Flamants pendant la rénovation urbaine des Flamants (voir la vidéo).

2013 : Auto-organisation de la Réunion publique qui a rassemblé près de 300 habitants pour débattre du programme de rénovation (voir la vidéo).

2015 : Fête de la fraternité en mémoire de Lahouari Ben Mohamed (lire ici).

2015 : “La gachette facile”, hommage à Lahouari Ben Mohamed (lire ici).

2019 : « Pour un Marseille vivant, ouvert et populaire », signataire du Manifeste suite au drame de la Rue d’Aubagne (lire ici).

 

Les principales dates de notre histoire


2007
: Création de l’association des locataires des Flamants.

2016  : Création de l’association Pas Sans Nous 13.

2017 : Mise en place de notre première table de quartier.

2018 : Obtention du label Grande École du Numérique pour la création de 2 fablabs dans les quartiers Nord.

2019 : Mise en place de deux espaces de médiation numérique à destination des habitants des Quartiers Nord.

2019 : Pas Sans Nous 13 devient Avec Nous, la fabrique des quartiers populaires et renforce ses missions en termes d’éducation populaire et de développement de projets d’économie solidaire parce que nos luttes n’ont de cessent de revendiquer l’équité des territoires et les droits des habitants dans les quartiers populaires. Au travers de nos combats dans le quartier des Flamants, comme pour l’ensemble de nos quartiers, nous avons toujours souhaité dépasser les tentatives d’instrumentalisation ou de mise sous tutelle  au profit de l’auto-organisation.